PREMIER DIMANCHE DE L'AVENT

Rassemblement des peuples et paix pour toujours

Lecture du livre d'Isaïe 2, 1-5

Le prophète Isaïe a reçu cette révélation au sujet de Juda et de Jérusalem.
Il arrivera dans l'avenir que la montagne du temple du Seigneur sera placée à la tête des montagnes et dominera les collines. Toutes les nations afflueront vers elle, des peuples nombreux se mettront en marche, et ils diront:
Venez, montons à la montagne du Seigneur, au temple du Dieu de Jacob. Il nous enseignera ses chemins et nous suivrons ses sentiers. Car c'est de Sion que vient la Loi, de Jérusalem la parole du Seigneur.
Il sera le juge des nations, l'arbitre de la multitude des peuples. De leurs épées ils forgeront des socs de charrue, et de leurs lances, des faucilles. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on ne s'entraînera plus pour la guerre.
Venez, famille de Jacob, marchons à la lumière du Seigneur.


«Le jour est tout proche»

Lecture de la lettre de Paul aux Romains 13, 11-14a

Frères,
vous le savez: c'est le moment, l'heure est venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu'à l'époque où nous sommes devenus croyants. La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans ripailles ni beuveries, sans orgies ni débauches, sans dispute ni jalousie, mais revêtez le Seigneur Jésus Christ.




«Vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra»

+ ÉVANGILE de Jésus Christ selon Matthieu 24, 37-44

Jésus parlait à ses disciples de sa venue:

L'avènement du Fils de l'homme ressemblera à ce qui s'est passé à l'époque de Noé. A cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche. Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu'au déluge qui les a tous engloutis: tel sera aussi l'avènement du Fils de l'homme. Deux hommes seront aux champs: l'un est pris, l'autre laissé. Deux femmes seront au moulin: l'une est prise, l'autre laissée.
Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. Vous le savez bien: si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi: c'est à l'heure où vous n'y penserez pas, que le Fils de l'homme viendra.

Comme Noé, construis ta barque
ou embarque dans la mienne!

Connaissez-vous l’histoire de Noé?
Que savez-vous de Noé?

l a été sauvé des eaux. Il a pris un coup de trop et ses enfants l’ont vu tout nu. Il a construit un bateau, un paquebot immense pour sauver la race humaine, animale et végétale. Un projet très ambitieux. Ce devait être le fondateur, le pionnier des écologistes.

Que pensaient les gens, de voir Noé construire un bateau si géant, en plein champ de maïs ? Ils devaient le traiter de rêveur, de déséquilibré, d’utopiste, d’ambitieux. Un bateau très loin de la mer, bien au dessus du niveau de la mer. Comment le mettre à l’eau ? Ou bien prévoit-il un raz de marée qui vienne mouiller son bateau et le mettre à l’eau.

Comment pouvait-il être au courant des gaz à effet de serre, des dangers de la fonte des glaciers, des conséquences de la couche d’ozone, des dégâts de la déforestation, et des dangers du dépeuplement de telle ou telle espèce d’animaux ?

Noé, un prévoyant, un visionnaire, un prophète pour son temps? Les gens de son entourage ne voyaient rien venir. Il était normal qu’ils mangent, qu’ils boivent, qu’ils se marient, qu’ils travaillent, qu’ils aillent à leurs affaires...mais ils ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez, et ils se sont faits prendre les culottes à terre.

Quelle est la pertinence de cet évangile pour nous aujourd’hui ? Personne aujourd’hui ne pense que le ciel va nous tomber sur la tête, c’est vrai, mais ils sont nombreux et très actifs ceux et celles qui nous informent, nous interpellent sur les conséquences mondiales de la pollution, de gaz à effets de serre, de la surconsommation. Pensez juste au nombre d’arbres qui seront abattus pour envelopper votre cadeau de noël. Le cadeau est mis dans du papier de soie, ensuite il est enfermé dans une boîte aux riches couleurs, puis enveloppé dans du papier de noël, et ficelé de rubans rouges et verts. Il faut bien sûr mettre ce précieux cadeau dans un beau sac, décoré d’un fin papier rouge qui sortira du sac. Tout cela pour un cadeau dont la personne n’aura probablement pas besoin. Certains penseront à recycler tout ce papier et ces cartons. Recyclé est bien, mais est-il correct de consommer autant de papier alors que des millions souffrent de faim ?

Si nous ne craignons pas la fin du monde, si nous n’y croyons pas pour nous, peut-être devons-nous penser à nos enfants qui auront à subir notre individualisme, notre surconsommation.
Comme Noé nous avons à construire un bateau pour affronter la mer de corruption, de collusion, d’hypocrisie, d’exploitation et de consommation. Nous avons aussi à mener notre propre barque, notre vie, avec vigilance, dans ce monde distrait et mêlé dans ses valeurs et non valeurs. Nous avons encore à construire la barque de l’Église, témoin du Royaume de paix, d’amour, de partage, de justice, de transparence, dans un monde où l’on ne sait qui dit la vérité, dans un monde où on finit par croire que la vérité n’existe pas. Qu’il n’y a que des menteurs, nous y compris. Nous avons à orienter le cap de la barque du Québec vers plus d’attention aux démunis, aux malade, aux enfants et aux personnes âgées.
Nous chanterons venez divin Messie. Ce Messie vient quand la vérité est dite, quand la justice est faite, quand le partage est réalisé, quand le pardon est accordé, quand l’espérance fait place à la démission et au découragement, quand de réactifs nous devenons pro-actifs.
Comme Noé préparons-nous à embarquer dans notre bateau.


Yves Gazeau

Article paru le 27 novembre 2016