NATIVITÉ DU SEIGNEUR
MESSE DU JOUR DE NOËL

La bonne nouvelle

Lecture du livre d'Isaïe 52,7-10

Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager qui annonce la paix, le messager de la bonne nouvelle, qui annonce la salut, celui qui vient dire à la cité sainte: «Il est roi, ton Dieu!» Écoutez la voix des guetteurs, leur appel retentit, c'est un seul cri de joie; ils voient de leurs yeux le Seigneur qui revient à Sion. Éclatez en cris de joie, ruines de Jérusalem, car le Seigneur a consolé son peuple, il rachète Jérusalem Le Seigneur a montré la force divine de son bras aux yeux de toutes les nations. Et, d'un bout à l'autre de la terre, elles verront le salut de notre Dieu.


Le Fils, révélation définitive de Dieu

Commencement de la lettre aux Hébreux 1, 1-6

Souvent, dans le passé, Dieu a parlé à nos pères par les prophètes sous des formes fragmentaires et variées; mais, dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, il nous a parlé par ce Fils qu'il a établi héritier de toutes choses et par qui il a créé les mondes. Reflet resplendissant de la gloire du Père, expression parfaite de son être, ce Fils qui porte toutes choses par sa parole puissante, après avoir accompli la purification des péchés, s'est assis à la droite de la Majesté divine au plus haut des cieux; et il est placé bien au-dessus des anges, car il possède par héritage un nom bien plus grand que les leurs. En effet, Dieu n'a jamais dit à un ange: «Tu es mon Fils, aujourd'hui je t'ai engendré.» Ou bien encore: «Je serai pour lui un père, il sera pour moi un fils.» Au contraire, au moment d'introduire le Premier-né dans le monde à venir, il dit: «Que tous les anges de Dieu se prosternent devant lui.»




Le Verbe s'est fait chair

+ Commencement de l'Évangile de Jésus Christ selon Jean 1, 1-18

Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée.

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.

Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans ce monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu, Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme: ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant:

Voici celui dont j'ai dit: Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi car avant moi il était.

Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce: après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

Dieu, personne ne l'a jamais vu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.


L'incarnation de Jésus!

e Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous, une déclaration de notre foi en peu de mots. La Parole s’est faite chaire, la Parole de Dieu le Père se fait homme. Il a dû aller au désert pour faire un discernement. Nous avons de la difficulté à croire, à accepter que Dieu se fasse homme, vraiment homme, vraiment humain avec toutes les possibilités que peut avoir un être humain, mais aussi avec toutes ses faiblesses. Notre vocation est de nous humaniser pour vrai. C’est ça l’Incarnation de Jésus!

C’est humain! C’est une expression souvent employée pour se déculpabiliser ou pour déculpabiliser quelqu’un. Il fait un petit vol, c’est humain! Il s’est emporté et il a giflé sa femme, il la même blessée, c’est une faiblesse humaine ! Il ne voulait pas lui faire mal! Il avait pris un verre de trop, il a perdu maitrise de son volent, malheureusement c’est humain ! Etre humain serait d’être imparfait? Ce n’est pas ça l’Incarnation de Jésus !

C’est humain aussi et même plus humain que d’être homme, d’être juste, de penser au partage, d’être sensible, d’être attentif aux autres. Le Verbe, la Parole, le logos, le dabar s’est fait chair...Dabar en hébreux veut dire « trancher », faire la vérité, distinguer le faux du vrai, différencier la justice et l’injustice. Le Verbe s’est fait homme et il a habité parmi nous, avec nous. C’est ça l’Incarnation de Jésus !

Le Verbe s’est fait chair. Jésus a multiplié les mots pour dire son identité. Il est la Voix, il est le Chemin, il est le Bon Pasteur, le Bon Berger; il est l’Agneau, il est l’Ictus : le Poisson. Il est la Vigne et le Cep, le Semeur et la Semence. Il a un joug qui est léger et il nous invite à nous en servir pour alléger ce qui pèse trop sur nos épaules. Il est le co-pain, qui à la table, partage le pain...il est même le Pain qui se donne à manger et le Sang qui se donne à boire. Nos mamans savaient se donner à manger. C’est ça aussi l’Incarnation... de Jésus !

L’Incarné Jésus s’identifie aussi bien à celui qui donne à manger et à celui qui est affamé ...à celui qui a soif, et à celui qui donne à boire...à celui qui est nu et à la personne qui donne du linge...à celui qui offre un logement et à celui qui cherche un logement...à celui qui est malade et à celui qui soigne...et encore à celui qui est en prison et à celui qui rend visite à un prisonnier...il aime les enfants et ceux qui leurs ressemblent. C’est encore ça l’Incarnation de Jésus !

Voici l’Homme ! Voici cet Homme qu’il nous faut suivre. Notre fondateur nous invitait à copier Jésus, à aller à son école...pour devenir son disciple, son élève.
Le Verbe s’est fait cher et Il est demeuré parmi nous...Il est encore parmi nous... Il est des nôtres !


Yves Gazeau

Article paru le 25 décembre 2016