SEPTIÈME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

Tu aimeras ton prochain, car je suis saint

Lecture du livre des Lévites 19,1-2.17-18

Le Seigneur adressa la parole à Moïse:

Parle à toute l'assemblée des fils d'Israël; tu leur diras: Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint.

Tu n'auras aucune pensée de haine contre ton frère. Mais tu n'hésiteras pas à réprimander ton compagnon, et ainsi tu ne partageras pas son péché. Tu ne te vengeras pas. Tu ne garderas pas de rancune contre les fils de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis le Seigneur!


La sagesse véritable: appartenir tous ensemble au Christ

Lecture de la première lettre de Paul aux Corinthiens 3, 16-23

Frères,
n'oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu et que l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous. Que personne ne s'y trompe: si quelqu'un parmi vous pense être un sage à la manière d'ici-bas, qu'il devienne fou pour devenir sage. Car la sagesse de ce monde est folie devant Dieu. L'Écriture le dit: C'est lui qui prend les sages au piège de leur propre habileté. Elle dit encore: Le Seigneur connaît les raisonnements des sages: ce n'est que du vent! Ainsi, il ne faut pas mettre son orgueil en des hommes dont on se réclame. Car tout vous appartient, Paul et Apollos et Pierre, le monde et la vie et la mort, le présent et l'avenir: tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu.




Sermon sur la montagne.
Aimez vos ennemis, soyez parfaits comme votre Père céleste

+ Évangile de Jésus Christ selon Matthieu 5, 38-48

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait:

Vous avez appris qu'il a été dit: Oeil pour oeil, dent pour dent. Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre.

Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. Donne à qui te demande; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter. Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.

Le Dieu de la miséricorde et la loi du talion

n dirait que les textes bibliques d’aujourd’hui sont tout indiqués pour participer aux débats actuels sur la non confessionnalité, sur la laïcité dans les lieux publics. Les textes peuvent nous aider à distinguer ce qui pourrait être ce qu’on appelle des valeurs universelles, des valeurs qu’on pourrait appeler religieuses ou chrétiennes.

Les parents qui font baptiser leur enfant le font par lui donner les valeurs chrétiennes et une plus grande famille, l’Église. De quelles valeurs les parents parlent-ils ?

La première lecture nous en cite quelques-unes : ne pas haïr quelqu’un, avoir le courage de dénoncer l’injustice pour ne pas en être complice, ne pas se venger, ne pas avoir de rancune, aimer son prochain comme soi-même. On pourrait dire que ce sont des valeurs essentiellement humaines et universelles. Mais quand Moïse ajoute : soyez saints comme le Père est saint, là il y a une référence à Dieu. Se comporter et être comme Dieu est tout un défi.

Au temps de Moïse on a instauré la loi du talion, que l’on confond souvent avec la vengeance. Oeil pour oeil, dent pour dent. Cette loi mettait des limites à la vengeance, elle disait : tu es pour la justice, tu veux te faire justice, et bien tu ne peux faire plus que l’autre. Il t’a donné un coup de poing, pour te faire justice tu ne peux en donner deux. On t’a volé 50 $, tu ne peux lui en voler 51$ pour récupérer. Nous fonctionnons encore avec cette loi du talion, quand on condamne à la peine de mort quelqu’un qui a tué, quand on demande à la justice de punir quelqu’un qui nous a floué de l’argent, quand on dit à quelqu’un tu m’as fait ça, le bon Dieu te punira. Quand on est d’avis que le meurtrier mérite la mort, on ne fait qu’appliquer la loi du talion. Notre justice fonctionne avec la loi du talion.

L’évangile nous propose de nous élever au-dessus de la loi du talion. Au lieu d’être réactifs, l’évangile nous propose d’être proactifs. On te gifle sur la joue gauche, tend la joue droite, (ce pourrait-être de la provocation). On te vole ta chemise, donne ta veste. Est-ce évangélique ou nono?
Jésus va plus loin. «Aime tes ennemis, prie pour ceux qui t’en veulent.» Et comme Moïse, Jésus termine en disant: «soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.»
Dieu n’est pas comme nous; il ne réserve pas son amour à ceux qui l’aiment; il ne se venge pas de ceux qui ne l’aiment pas. A mon point de vue, la neutralité n’est pas une valeur. En quoi est-ce dangereux d’être juste, honnête, transparent, comme Jésus? En quoi ça peut nuire aux parlementaires de donner à manger à celui qui a faim, à boire à celui qui a soif, d’ouvrir les yeux à ceux qui ne voient pas clair, de faire entendre celui qui est sourd, de libérer les prisonniers, de donner sa vie pour les autres, d’être disciples de Jésus, de faire et d’être comme Lui?
Je demeure avec une question que je vous partage. Jésus, lui-même, va dire, en parlant du jugement dernier: «j’ai eu faim et tu ne m’as pas donné à manger, j’ai eu soif et tu ne m’as pas donné à boire...» Vous savez la suite. «Quand est-ce Seigneur qu’on t’a refusé à manger ou à boire... quand tu ne l’as pas fait à l’un de ces petits à moi non plus vous ne l’avez pas fait. Allez au châtiment éternel». C’est la loi du talion que Jésus utilise. Ma question, il y aura-t-il un jugement éternel? Le jugement dernier c’est dès aujourd’hui. Ce que tu fais au présent, décide pour ton avenir. L’année de réflexion sur Dieu miséricordieux n’aura pas réussi à nous convertir à ce Dieu.


Yves Gazeau

Article paru le 19 février 2017