MESSE DU JOUR DE PÂQUES

«Nous avons mangé et bu avec lui
après sa résurrection d’entre les morts»

Lecture du livre des Actes des Apôtres 10, 34a.37-43

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée chez un centurion de l’armée romaine,il prit la parole et dit:

Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean: Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui.
Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts. C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage: Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés.




Abaissement et glorification de Jésus

Lecture de la lettre de Paul aux Colossiens 3, 1-4

Frères,
  si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut: c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre.
En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.


«Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts»

+Évangile de Jésus Christ selon Jean 20, 1-9

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit:

On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé.

Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat; cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.


Joyeuses Pâques!

eut-être que nous ne sommes pas devant un récit historique. Mais nous sommes certainement devant un récit de croyant, croyant en la résurrection de Jésus.

Le premier jour de la semaine. Le Sabbat, le samedi, le 7ie jour, devient le premier jour de la semaine, et le calendrier de la mondialisation commence avec la résurrection de Jésus. Au nom de la laïcité, devrait-on changer notre calendrier et prendre le calendrier chinois, par exemple?

Marie se rend au tombeau de grand matin. Marie s’en va vers le soleil levant, vers la Lumière venue dans ce monde, vers le Christ-Lumière. Celui qui s’est éteint devient Lumière.

Marie voit que la pierre a été enlevée. La pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la Pierre d’angle.

Marie court. Elle est femme, la première témoin de la résurrection. Avant Pierre, avant Jean. La révolution des sexes et l’égalité des sexes commencent à la Résurrection.

Marie ne dit pas à Pierre et Jean, “ on a enlevé la pierre”, elle dit :”on a enlevé le Seigneur”. Le cadavre, le crucifié est devenu Seigneur. Le mort est devenu le Vivant. Quelle conversion durant sa course. Elle passe de la pierre enlevée, au Seigneur é-levé, ressuscité, fait Seigneur. Où l’a-t-on mis ? Le Père l’a assis à sa droite. Marie, est la première convertie.

Pierre et Jean informés de la situation par Marie Madeleine partent, en courant. Tout le monde court. Jean court plus vite, mais par peur, il n’entre pas. Jean, en laissant Pierre entrer le premier Jean respecte la décision de Jésus, d’en faire le premier pape.

Pierre arrive second, il entre, il regarde, il constate, mais ne voit rien. Comme un bon policier il fait un bon rapport, il a pris note de l’état des lieux. Il n’a pas vu de corps. Jean entre à son tour. Il voit et il croit. Jean a constaté les mêmes choses que Pierre, mais il a vu autre chose. Qu’a vu Jean que Pierre n’a pas vu ? Ce n’est pas un vol... il se souvient que Jésus serait re-levé par le Père. Jean a compris. Il a relu les événements.

Le croyant, le chrétien peut constater la même chose que les autres, peut voir la même chose que les autres, mais les voir autrement. Le croyant-chrétien a une grille de lecture, une clé qui permet d’interpréter les événements, sa foi éclaire les événements.

Là où on parle de consommation, le chrétien se doit de parler de partage. Quand on partage il y en a pour tout le monde.

Là où on parle de produire de la richesse, le chrétien se doit de répartir les richesses pour plus de justice.

Là où on parle d’économie d’abord, le chrétien dit: la personne d’abord.

Si on pense infrastructures urbaines, le chrétien se préoccupe d’infrastructures sociales et humanitaires. Si on fait du protectionnisme, le chrétien prône l’interdépendance solidaire. Comme Jean, comme Marie-Madeleine, le chrétien voit la vie autrement.

C’est ça l’espérance chrétienne, la contribution chrétienne à la vie sociale ! Tout le monde est en congé, tout le monde fête pâques mais pas pour les mêmes raisons. Pâque veut dire passage. Quels passages allons-nous faire, allons-nous vivre ? Qu’est-ce que la résurrection du Christ change, doit changer à notre vie ?

Joyeuses pâques!



Yves Gazeau

Article paru le 16 avril 2017