LA SAINTE TRINITÉ

Le Dieu tendre et miséricordieux se révèle à son peuple

Lecture du livre de l'Exode 34, 4b-6.8-9

En ces jours-là, Moïse se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre. Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est: LE SEIGNEUR. Il passa devant Moïse et proclama:

LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité.

Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna. Il dit:

S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage.


Dans l'amour trinitaire

Lecture de la seconde lettre de Paul aux Corinthiens 13, 11-13

Frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix. Tous les fidèles vous saluent.

Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous.




«Dieu a tant aimé le monde...»

+ Évangile de Jésus Christ selon Jean 3, 16-18

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.


Au nom du Père, au nom du Fils, au nom du Saint-Esprit

Au nom de quoi?

uand un policier vient nous interpeller au nom de la loi vous ne pouvez stationner ici. C’est réservé aux handicapés. Au nom de la loi, il nous faut payer un ticket. Quand quelqu’un nous dit : au nom de l’écologie tu ne devrais pas employer des sacs de plastiques, prends un sac réutilisable. Nous comprenons le bon sens et nous faisons notre part.
Au nom du bien commun, au nom de la majorité nous allons accepter d’avoir perdu à nos élections.

Au nom de qui?

Au nom de nos parents, au nom de nos enfants, au nom de la famille nous allons faire bien des sacrifices. Au nom de la solidarité envers les sinistrés on va contribuer à une levée de fonds. Au nom des sans-logis on va participer à une marche de manifestation, Au nom de l’équité salariale, au nom de l’égalité de la femme, nous allons voter Québec solidaire. Au nom des syndiqués mal payés ou d’employés mis sur le chômage on va signer une pétition. Dans une journée nous faisons beaucoup de choses au nom de... sans en être trop conscients.

Regardez certains joueurs de hockey, de soccer faire un signe de croix en embarquant sur la patinoire ou le terrain. Regardez, regardez-vous prendre de l’eau bénite. Regardons-nous quand nous faisons le signe de la croix à la bénédiction finale. Que veut dire notre Amen. Est-ce vrai que c’est au nom du Père et du Fils et du St-Esprit?

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit

Dans une journée nous faisons souvent le signe de la croix, et nous disons au nom du Père et du Fils et du St Esprit. Amen. Malheureusement nous ne donnons pas tout son sens à cette courte prière. On pourrait même dire qu’on n’est pas vraiment sérieux quand fait le signe de la croix. Pourquoi ce signe de la croix, pourquoi cette prière?

Que faisons-nous vraiment au nom du Père?

Nous nous engageons à faire comme le Père, à faire comme un fils fidèle. Ce qui veut dire nous nous engageons à créer, à faire du neuf, à faire autrement. Nous engageons envers le Père à être comme lui, plein de tendresse et de miséricorde. On dit souvent: tel Père, tel fils. Sommes-nous comme le Père, agissons-nous comme le Père ? Tenons-nous du Père?

Que faisons-nous au nom du Fils?

Nous nous engageons à faire comme le grand frère, à servir comme il a servi, à soulager les malades, à faire entendre les sourds qu’on n’écoute pas, à faire mieux voir ceux qui sont mal vus, à faire parler ceux qui sont sans voix, à faire marcher ceux qui sont découragés, à libérer ceux qui sont pognés. Comme le Fils serions-nous prêts à donner notre vie pour nos frères et sœurs chrétiens? Comme nos parents ont donné leur vie pour nous.

Que faisons-nous au nom de l’Esprit?

Nous nous engageons à être animés du même souffle, des mêmes valeurs de paix, de joie, de partage, de solidarité, de justice, de pardon, de miséricorde. Le Coran rappelle des centaines de foi, si ce n’est pas plus que Dieu est clément et miséricordieux. Amen



Yves Gazeau

Article paru le 11 juin 2017