sixième dimanche du Temps Ordinaire

Personne et inculturation

Jésus et le lépreux savaient

Le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron: «Quand un homme aura sur la peau une tumeur, une inflammation ou une tache, qui soit une marque de lèpre, on l'amènera au prêtre Aaron ou à l'un des prêtres. Le lépreux atteint de cette plaie portera des vêtements déchirés et les cheveux en désordre, il se couvrira le haut du visage jusqu'aux lèvres, et il criera: 'Impur! Impur!' Tant qu'il gardera cette plaie, il sera impur. C'est pourquoi il habitera à l'écart, sa demeure sera hors du camp.»

Jésus et le lépreux sont hors la loi

Le lépreux sort de la réserve et entre en contact avec Jésus et son entourage. Il ne crie pas : « j’ai la lèpre ». Jésus, pour respecter la loi et ne pas devenir impur lui-même, aurait pu guérir à distance. Le lépreux fait appel au bon vouloir de Jésus. « Si tu le veux, tu peux me purifier. » Remarquez-bien qu’il ne demande pas d’être guéri, mais d’être purifié, de ne plus être un impur, un écarté, un isolé, un sans-nom. Il est vrai que la lèpre est une punition du péché, pour les juifs. Jésus étend la main, le touche : « je le veux soit purifié ». Ce qui arrive. Touchant le lépreux, avant qu’il ne soit guéri, Jésus est devenu lui aussi un impur. Jésus en est conscient, aussi revient-il à la loi. En effet, Jésus le rudoie, comme il rudoyait les possédés de Satan. « Tu ne dis pas un mot, va te montrer au prêtre et acquitte-toi de ce qu’exige la loi. Ta guérison sera pour les gens un témoignage. »

L’impur, ne va pas rencontrer le prêtre, le lépreux n’obéit pas à Jésus. Et il se met tout de suite à prêcher. Il est devenu évangéliste, un prédicateur. Mais, disant qu’il a été touché par Jésus, il déclare à tout le monde que Jésus est impur et il empêche Jésus d’entrer dans les villes pour poursuivre sa mission. Il évite de rentrer dans les villes, mais les gens accourent quand même à Lui, devenant eux aussi impurs.

La loi et la personne dans l’inculturation

Jésus et le lépreux ont volontairement dérogé aux lois. Jésus et le lépreux ont fait passer la personne avant la loi. Jésus a invité le lépreux à respecter les conventions sociales admises à l’époque pour que l’exclu et l’excommunié soit réintégré, réconcilié. Il y a toutes sortes de lèpres, d’exclusions.

Comment vivons-nous les différences culturelles, l’intégration culturelle ? Avons-nous une inclusion active, positive, ou sommes-nous des exclusifs ? Quels sont nos comportements par rapport au voile islamique ? La personne passe-t-elle avant les conventions culturelles et sociales? Comment les différentes cultures sociales et religieuses se complètent-elles? L’inculturation oblige-t-elle une uniformisation ? Qu’avons-nous à retenir des échanges de Jésus avec le lépreux, l’impur ? Qui sont les impurs aujourd’hui?

Haïr comme la lèpre

Le lépreux ce n’est pas son nom. Cette personne a la lèpre, mais cette personne n’est pas la lèpre en personne. Elle est plus grande que sa maladie. Nous confondons, nous réduisons trop souvent les personnes à leur défaut. C’est un voleur, un menteur, un tueur, un alcoolique, un obèse, un impur, etc…

Dans la première lecture on voit quel est le sort réservé aux personnes atteintes de la lèpre. Et on met ces propos dans la bouche du Seigneur. C’est le Seigneur qui a dicté ses volontés à Moïse et à Aaron. La personne atteinte de cette maladie, doit s’accuser publiquement d’être impure. Non seulement elle est malade de la lèpre, mais elle vit dans l’impureté. Sa maladie est la conséquence de son impureté. D’où son excommunication de la communauté. Et si elle guérit elle devra demander l’absolution à un prêtre. Liée à l’exclusion, elle sera déliée de cette exclusion.

Jésus désobéit à la loi, à la loi de Dieu

Le lépreux de l’évangile n’a pas crié : « impur, impur, impur » pour approcher Jésus. Il vient trouver Jésus, il tombe à genoux, il supplie Jésus… « si tu le veux, tu peux me purifier. » Il ne demande pas directement à être guéri de sa lèpre. Il demande d’être purifié, d’être réintégré dans la communauté. Il exprime sa foi en Jésus. Je sais, je crois que tu peux me purifier, mais veux-tu me purifier ?

Jésus, pris de pitié, ému dans ses entrailles, le cœur brisé en miette, étend la main, et touche le malade, ce qu’il n’a pas le droit de faire. Jésus désobéit à la loi de Dieu. Jésus dit : « Je le veux, soit purifié. » La lèpre le quitte et il est purifié.

Le malade, guéri, désobéit et à la loi de Dieu et à Jésus aussi.