L'Épiphanie du Seigneur

Sommes-nous des Epiphanes?

Allez-vous manger le gâteau des rois ce midi? Allez-vous tirer la fève pour désigner le roi? Souhaitez-vous être élu roi ou reine, le temps d’un jour maximum, le temps du repas peut-être. Peut-être serez-vous dispensé de faire la vaisselle et encore ! Pourquoi se choisir un roi quand on a déjà une reine du foyer, au foyer?
C’est une belle histoire, l’histoire des rois Mages. Il y a beaucoup de légendes autour des Mages.
Pourquoi l’évangile a-t-il retenu cette histoire? Qu’est-ce que Mathieu veut qu’on comprenne aujourd’hui, tout spécialement dans la crise économique et financière que nous vivons ou allons vivre?
Mathieu est moins romantique que la légende des rois Mages. En effet les Mages viennent détrôner le roi Hérode en lui demandant où est né le Roi des Juifs. Hérode ne le prend pas. Il ne veut pas perdre sa djob. Il fera tuer tous les nouveaux nés mâles pour sauver son trône. Pensons à toutes ces tueries, au Moyen Orient, en Afrique... au nom de quoi?
La venue du Sauveur commence bien mal dans un contexte politique de terreur, d’occupation des étrangers romains. Jésus à peine né crée une crise politique. Et toute sa vie Jésus brouillera les cartes. Il est le Messie, le roi des Juifs...mais pas comme les Juifs l’entendaient. Jésus ne fera pas un coup d’état pour renvoyer les romains, pour prendre le pouvoir. Il n’en veut pas du pouvoir. Le pouvoir que Jésus accepte de prendre c’est un pouvoir pour les autres et non sur les autres. Jésus veut donner du pouvoir aux petits, aux démunis, aux pécheurs. Il veut qu’ils aient du pouvoir sur eux, pour eux. Le seul pouvoir que Jésus exercera c’est celui de dénoncer le mal, le péché qui aliène les gens. Jésus met tout son pouvoir à chasser le mensonge, l’hypocrisie, l’exploitation des faibles, la dictature des autorités religieuses, politiques et morales. Jésus est venu pour servir et non se faire servir et encore bien moins se servir des autres.
À l’occasion de l’épiphanie, vous allez sans doute manger le gâteau des rois, probablement que vous allez tirer au sort la fève des rois, à moins que vous ne trichiez pour avoir la fève. Vous allez alors couronner le roi ou la reine. Alors le roi ou la reine triomphera, triomphera sur ses sujets. Il pourra user de son pouvoir pour leur faire faire tout ce qu’il voudra. Il se dispensera de débarrasser la table, de sortir la poubelle et de faire la vaisselle. Nous avons la même notion de la royauté que les juifs, que les païens. Et pourtant nous avons à l’année une reine à la maison. La reine du foyer. On l’appelle ainsi parce qu’elle est toujours ou presque au service des autres. Elle est reine, comme Jésus est Roi, roi de l’univers.
La royauté de Jésus, comme la royauté de la mère à la maison, conteste le pouvoir de l’or noir, le pouvoir des mauvais riches, le pouvoir des requins de la finance, le pouvoir de l’argent, le pouvoir du profit excessif à court terme, le pouvoir de la concurrence malhonnête, le pouvoir de l’exploitation des autres, le pouvoir sur les consciences. Si nous sommes en crise économique et financière c’est parce que nous avons perdu notre pouvoir sur nous-mêmes, pour nous-mêmes. Si nous sommes en crise c’est qu’on fait de nous des consommateurs à tout prix, des producteurs en tout temps. Il faut que ça produise et que ça produise vite et 24 hrs sur 24, 7 jours sur semaine, 365 jours par année et toute notre vie. Si on ne produit pas et si on ne consomme pas on n’est pas rentable, on est donc au crochet de la société, donc non seulement inutile, mais nuisible. Ce qu’un chrétien fête à l’épiphanie c’est le règne de l’amour, le règne du partage, le règne de la paix, le règne du pardon, le règne de la justice. Ce chrétien est un épiphane, une épiphanie. Une révélation du Christ, roi de l’univers. Etre et agir comme le Christ c’est la façon de sortir de la crise identitaire, religieuse, des valeurs, de la foi chrétienne.

Vous savez certainement ce que veut dire épiphanie. Manifestation de Dieu. Dieu se révèle dans l’enfant Jésus. Sommes-nous des Jésus, une épiphanie du Père. Jésus pourrait porter le nom d’Épiphane. Nous sommes tous des épiphanes, des épiphanies, parce que créés à l’image de Dieu. Nous comportons-nous en « Épiphane » ?